A partir de quel diamètre d’instrument, la Lune devient-elle dangereuse ? 1


Le présent article est très court. C’est d’ailleurs plus une question qu’un article.

Il doit certainement y avoir une taille d’instrument à partir de laquelle l’observation de la pleine Lune sans filtre devient dangereuse pour l’œil !

Quelle est cette taille ?

L’œil ne supporte en effet pas des intensités lumineuses aussi fortes que l’on veut. On ne peut bien entendu pas fixer le soleil en continu en plein jour sans endommager cet organe.

Par « dangereuse », j’entends autant simplement « fatiguante » dans un premier cas, qu’entraînant des lésions irréversibles de la rétine dans un second cas.

Notons qu’avec notre télescope de 600 mm, on peut voir la Lune à travers des lunettes solaires pour éclipse, mais bien sûr, tout de même très sombre !

C’est en vain que j’ai cherché la réponse à cette question sur Internet. Aussi, j’espère avoir plus de chance en demandant de l’aide aux internautes par le biais du site du CAW.

Je remercie d’avance toute personne qui tentera de répondre à cette question qui m’intéresse vraiment !

Jean-Luc Garambois


Avatar

A propos de Jean-Luc GARAMBOIS

Formation en physique. Passionné par tous les sujets d'astronomie et plus particulièrement par le ciel profond : les quasars et les galaxies. Passionné en parallèle par les mathématiques et en particulier par les suites aliquotes. Passionné aussi par l'intelligence artificielle. A toujours du temps pour discuter de l'un ou l'autre de ces sujets.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “A partir de quel diamètre d’instrument, la Lune devient-elle dangereuse ?

  • Avatar
    PHILIPPE

    Je n’ai pas la réponse concernant le diamètre à partir duquel l’observation de la Lune pourrait entrainer des lésions irréversibles de la rétine.

    Quant au danger concernant simplement la fatigue, j’ai ma propre idée. Mon commentaire n’entraîne que ma responsabilité….

    J’ai une fois observé la Lune dans le 600 mm du Club, croissant de lune à environ 4 jours avant la NL. J’ai eu une rémanence rétinienne pendant plusieurs minutes. Tenant à préserver mon seul oeil valide, j’ai décidé de ne plus jamais faire ce type d’observation.

    Je pense que pour observer la Lune à l’occulaire dans de bonnes conditions et en toute sécurité, il faut absolument un filtre polarisant. Il existe de tels filtres à deux lames que l’on peut croiser à volonté pour assombrir plus ou moins la luminosité. On peut arriver presque à l’extinction totale, si on le désire. Je conseille ce type de filtres, quel que soit le diamètre instrumental.

    Quand on achète une petite lunette de 60 mm par exemple, il y a presque toujours deux filtres livrés : MOON et SUN.
    Le filtre MOON (« Lune » en anglais) sert pour la Lune. Avec ce filtre, aucun danger pour l’observation lunaire. Mais sa densité est fixe, alors que le filtre que je préconise est réglable.
    Quant au filtre SUN (« Soleil » en anglais), il est en principe dédié au Soleil. Trop dangereux, je déconseille de l’utiliser ; vaut mieux le mettre immédiatement à la poubelle, une fois pour toutes, avant de risquer l’accident irréversible.

    André PHILIPPE.