La Bourse aux Météorites d’Ensisheim 2011


La Bourse aux Météorites d’Ensisheim 2011 a eu lieu les 17, 18 et 19 juin. Elle est devenue le lieu de rencontre où les chasseurs de météorites en profitent pour faire des échanges entre eux. Des scientifiques se communiquent aussi leurs connaissances entre eux à cette occasion.

Le 17 juin, c’était la journée des exposants. Les transactions se faisaient entre eux. Le soir de ce jour, la Confrérie Saint Georges des Gardiens de la Météorite d’Ensisheim a intronisé de nouveaux membres en son sein. Les 18 et 19 juin, l’exposition-bourse a été ouverte au public. C’est là que les gens peuvent acheter des météorites. On notera la présence du CAW qui a la charge de distribuer le tableau de classification des météorites qui figure sur ce site, afin que les gens sachent ce qu’ils vont voir.

Les moments forts de l’édition de cette année étaient sans conteste les trois conférences.

Celle du samedi matin a été faite par le Professeur Vishnu Reddy et le Docteur Lucille Le Corre du Max Planck Institute. Ce sont tous les deux des spécialistes de la mission « Dawn » de la Nasa qui consiste à mettre une sonde en orbite autour de l’astéroïde Vesta à partir de juillet 2011. Cela devrait permettre à terme de confirmer que les Howardite, les Eucrites et les Diogénites (voir classification) sont bien originaires de l’astéroïde en question. Au cours de leur conférence, nous avons pu voir des images de Vesta en avant première : il y a des zones claires et sombres à sa surface. C’est pour le moment le seul astéroïde connu qui a des roches de nature différente à sa surface. L’Eucrite serait la couche la plus en surface de Vesta, la Diogénite juste celle en dessous et la Howardite, encore plus profonde. Si les deux personnes sont venues à Ensisheim, c’est aussi pour trouver une Eucrite exceptionnelle qui devrait permette de comparer les météorites aux données que captera la sonde ! Et ils ont trouvé une telle pierre à la Bourse aux Météorites d’Ensisheim ! Il est possible que dans un an, on en sache beaucoup plus sur les achondrites !

Celle du samedi après-midi a été faite par Mike Farmer, l’actuel N°1 mondial parmi les chasseurs de météorites. Même si c’était une conférence grand public, je n’avais jamais vu d’abord une salle aussi pleine, ensuite, je n’avais jamais vu de conférence à Ensisheim où la presque totalité des exposants devaient assister, délaissant pendant une heure leur stand ! Et pour cause : Mike nous fit le récit de sa mésaventure lorsqu’il chercha des météorites au Sultanat d’Oman début 2011 et qu’il fut incarcéré dans d’effroyables conditions avec son ami Robert Ward. Ce fut apparemment l’occasion pour les autres exposants d’entendre ce récit de vive voix pour la première fois. Mais tout se termina bien pour eux.

Conférence Mike Farmer Conférence Mike Farmer

Enfin, la conférence du dimanche matin était faite par Guy Verlooven, qui mit au point un instrument portable de mesure permettant d’authentifier ou de donner la nature d’une météorite en quelques secondes seulement et qui plus est, sans la détruire. Il commença par nous rappeler ce que sont le diamagnétisme, la paramagnétisme et le ferromagnétisme. Puis, il nous exposa le principe de sa machine qui mesure les propriétés magnétiques et électriques des météorites et d’ailleurs des autres minéraux. Ce qui fut ensuite fantastique, c’est qu’ il a été confirmé, grâce à cette machine que La météorite NWA 5131 de Fabien Kuntz est bien la même que celle de Tafassasset, l’une des candidates possibles disent certains pour être originaire de la planète Mercure, tout comme l’Angrite. Et même si Tafassasset n’est pas originaire de Mercure, c’est une météorite atypique qui fera encore couler beaucoup d’encre, voire qui changera la classification. Rien que pour cela, elle en vaut la peine !

Plusieurs membres du CAW se sont rendus sur place en plus de moi qui avait la double casquette : celle du Président du CAW bien sûr, mais avant tout celle du Grand Tabelion (le secrétaire) de la Confrérie Saint Georges des Gardiens de la Météorite d’Ensisheim : Matthieu, Fabrice, Dominique, Benoît, Marc…

Le week-end est des plus agréables. On peut manger sur place, goûter la cuvée spéciale de la Météorite, et en apprendre énormément sur ces messagères venues du ciel.

Ensisheim est ainsi devenu un lieu où s’écrit une partie de la connaissance sur les météorites, lieu où viennent les exposants très nombreux. En voici la liste ci-dessous (excusez du peu !) :

BLACK Anne(US), WARIN Roger (B), BOURAGAA Ahmad (MC), AID Mohammed (MC), EGER Uwe (D), EGER Ewa (D), HUPÉ Grag (US), JAWORSKI Laurent (F), BILLARD Jean-Luc (F), KUNTZ Fabien (F), GERBET Marie (F), CIMALA Marcin (PL), CARION Alain (F) : N°1 français, RÉGIBERT Sébastian (F), BLAYA Manon (F), PACER Gregor (D/PL), HABERER Siegfried (D), SCHNEIDER Karin (D), GRAUL Mirko (D), GRAUL Tina (D), RUSCHINZIK Bernd (D), ALTMANN Martin (D), RALEW Stefan (D), HMANI Ali (MC), HMANI Mohamed (MC), FARMER Michael (US) : N°1 mondial, KARL Moritz (D), KOSER Hans (UY), GREN Andy (D), NÖFEL André (D), DEHNER Thomas (D), STRUFE Hanno (D), MARMET Peter (CH), JOST Marc (CH), PERRINJAQUET Roger (CH), BOOZ Beat (CH), , VASILIEV Sergey (RU/CZ), VASILIEV Lena (RU/CZ), AFANASIEV Serge (RU), SADILENKO Dima (RU), SADILENKO Tanya (RU), BARAKSHIN Andrei (RU), BARAKSHIN Marina (RU), BARAKSHIN Ignaz (RU), SKORNIAKOV Slava (RU), TOMELLERI Giorgio (I), TOMELLERI Lina (I), ISMAILY Sidi Mohamed (MC), VERLOOVEN Guy (B), VAN ALLEN Dulcinea (B), BECKER M. (D).

S’ajoutent aux exposants les scientifiques de renom :

VALANGE Sabine (B/F) et GABELICA Zelimir (B/F) : conseillers scientifiques de la Confrérie, VATAJ Ramë (KS), WARIN Marie-Paule (B), DEVILLIERS Alain (F), BUHL Svend (D), STEHLIK Harald (A),
JACQUES Benoît (B), ROSS Dirk (US/JP), TURONE Oscar (AR), Vishnu REDDY (US) (conférencier invité), Lucille LE CORRE (US/F) (conférencier invité) plus quelques autres n’ayant pas de table…

Le connaisseur appréciera !

Il est aussi amusant de constater que chaque année, je suis obligé de changer certaines choses dans le tableau de classification des météorites. Cela montre que rien n’est définitivement établi et que cette science est en plein devenir. En témoigne le nombre de pierres aujourd’hui encore inclassable selon les critères actuels.

Pour terminer ce bref article, je voudrais signaler que cet événement mondial repose sur les épaules de quelques personnes seulement : Sabine Valange et Zélimir Gabelica qui sont les scientifiques qui assurent la liaison entre les exposant, les scientifiques et la Confrérie ; Jean-Marie, notre « Grand Maître », Olivia notre « Grand Argentier », Lucie et Nathalie (plus moi-même) pour le Grand Conseil de la Confrérie ; et enfin, quelques bénévoles, sans qui rien, absolument rien ne serait possible. Ainsi, si l’événement est mondial et perdure, c’est parce que chaque année, ces personnes donnent de leur temps libre et font un très gros effort de travail. Mais l’équipe se réduit comme une peau de chagrin…

 

Photos : Matthieu BACHSCHMIDT


Avatar

A propos de Jean-Luc GARAMBOIS

Formation en physique. Passionné par tous les sujets d'astronomie et plus particulièrement par le ciel profond : les quasars et les galaxies. Passionné en parallèle par les mathématiques et en particulier par les suites aliquotes. Passionné aussi par l'intelligence artificielle. A toujours du temps pour discuter de l'un ou l'autre de ces sujets.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *